Critique : Carmen Maria Vega dans “Ultra Vega” au Divan du Monde

Critique : Carmen Maria Vega dans Ultra Vega au Divan du Monde
Ultra Vega, c’est le nom de la nouvelle tournée de la chanteuse Carmen Maria Vega. C’est durant cette tournée, entamée il y a maintenant un an, qu’est né son nouvel album, Santa Maria. Ultra Vega, c’est aussi le personnage créé par la chanteuse, sorte d’alter-égo scénique ultra-féminisé dans ce nouveau projet aux parfums glam rock. Ce personnage outrancier et tapageur permet à la chanteuse de se livrer comme jamais.

Carmen Maria Vega - album Santa Maria

Carmen Maria Vega ouvre, sur scène et sur disque, son journal intime. La chanteuse y raconte le Guatemala où elle est née, l’adoption, la quête de ses origines et les questions qui en ont découlé. La chanson “Santa Maria”, offerte par Alma Forrer et Baptiste W. Hamon, ouvre le voyage et nous invite à accompagner la chanteuse dans ses conquêtes en Amérique Latine. “Le Grand Secret” (single écrit par Mathias Malzieu) et “Amérique Latrine” (offerte par David Assaraf) prolongent la thématique. La chanteuse part de sa propre histoire pour aller vers l’universel. Pour constituer sa nouvelle collection de chansons, elle a demandé à 12 auteurs aux horizons variés (Belle du Berry, Jean-Pierre Pilot, Zaza Fournier,…) de travailler sur le thème de l’identité. La question du genre est notamment abordée dans “Trans” (de son complice de scène, Kim Giani), la perte d’identité suite à un licenciement dans la chanson coup de poing de Matthieu Côte, “Bradé”. Difficile d’imaginer que les chansons aient été écrites par d’autres, tant elles sont incarnées par leur interprète et tant l’ensemble est cohérent, sur disque comme sur scène.
Carmen Maria Vega est Ultra Vega sur la scène du divan du monde
Lors des concerts, on retrouve une mise en scène très graphique avec une imagerie à la David Lynch. Un damier noir et blanc, des mannequins nus démembrés, des bondieuseries et une croix lumineuse constituent le bric à brac gothique qui habille la scène. Carmen Maria Vega est accompagnée d’un seul et unique musicien, Kim Giani, également co-réalisateur de l’album. Ils ne sont que deux mais ils sonnent comme quatre, avec un son rappelant les groupes de pop anglaise des années soixante-dix. Cette configuration atypique donne un côté brut et direct aux chansons qui sont présentées sans artifices, ni fard. Elle offre aussi beaucoup de liberté aux deux artistes et permet à leur singularité de s’exprimer sans entrave. Tantôt vamp, tantôt madone, l’interprète assume tous les excès et propose un show atypique d’une rare intensité mettant en valeur une voix incroyable, parfois rageuse, parfois pleine de fêlures. On saluera la singularité et la force d’une proposition artistique atypique. La chanteuse s’autorise toutes les libertés, quitte à déstabiliser le public par moment, mais c’est pour mieux le cueillir à nouveau à la prochaine fulgurance.
Avec ce nouveau spectacle et ce nouveau disque manifeste, espérons que l’image réductrice d’une néo-Piaf gouailleuse vole définitivement en éclat et que Carmen Maria Vega inscrive durablement son nom dans le paysage musical francophone, pour accéder à une reconnaissance à la hauteur de son talent.

Retrouvez l’imagerie de la nouvelle tournée de Carmen Maria Vega dans le clip de “Le Grand Secret”, premier single extrait de l’album Santa Maria :


Album Santa Maria, sortie le 7 avril
Prochains concerts de la tournée Ultra Vega : le 12 mai à Bruay-La-Buissière, le 13 mai à Bailly-Romainvilliers, le 19 mai à Saint Marcellin, le 20 mai à Guyancourt, le 1er juillet à Issy les Moulineaux, le 8 juillet à Nuits-Saint Georges.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*