Critique : “Edmond” au théâtre du Palais-Royal

En 1897, après deux ans de panne d’inspiration, Edmond Rostand écrit une œuvre qui deviendra sa plus grande pièce, devenue depuis un classique du répertoire français maintes fois joué dans toutes les mises en scène imaginables. En 2017 au théâtre du Palais-Royal à Paris, avec Edmond, Alexis Michalik nous entraine dans une épopée tonitruante nous dévoilant les dessous de la création de Cyrano de Bergerac.

Michalik, l’homme orchestre

Que dire d’une pièce dont on a aimé chaque minute, chaque réplique, chaque intonation lancée ? On peut commencer par dire que la pièce avait tout pour être un chef-d’œuvre. Elle bénéficie de l’écriture de l’auteur Michalik et c’est un atout. En effet, Alexis Michalik a un sens de la narration et du rythme indéniables. À l’instar du Cercle des illusionnistes (sa précédente production), la pièce est également une mise en abyme, où les scènes de Cyrano de Bergerac s’écrivent au fur et à mesure qu’elles se déroulent devant nos yeux ébahis. On a à peine le temps de trouver une petite longueur ici, que le texte vient nous ressaisir et nous emporter dans la suite des aventures de la troupe.

Guillaume Sentou (Edmond Rostand), Nicolas Lumbreras (Georges Feydeau) et Pierre Bénézit (réceptionniste) dans Edmond d'Alexis Michalik
Guillaume Sentou (Edmond Rostand), Nicolas Lumbreras (Georges Feydeau) et Pierre Bénézit (réceptionniste)

De plus, la pièce a la chance d’être mise en scène par l’auteur. Là aussi, la mise en abîme est présente et justifiée : comme dans une troupe de théâtre, les comédiens interprètent plusieurs rôles et s’improvisent techniciens, effectuant eux-mêmes les changements de décor qui s’opèrent à vue, car il n’y a pas de coulisses. Les éléments de décor sont minimalistes et pourtant chacun a été choisi avec minutie (Bravo, Juliette Azzopardi !). Nul besoin de décor descendu des cintres pour recréer le petit appartement d’Edmond Rostand : une porte, un lit une place qu’il partage avec son épouse Rosemonde, un bureau et surtout la mise en scène tonitruante énergique et poétique suffisent !

Enfin, la pièce est portée par une distribution de choix. Certains comédiens font partie de la « famille Michalik » depuis plusieurs spectacles. Que ce soient Kevin Garnichat, Guillaume Sentou (Edmond Rostand), Pierre Bénézit en mafieux corse ou encore Pierre Forest (qui interprète Coquelin, le « créateur » du personnage de Cyrano), ils sont tous excellents. On ajoute une mention spéciale à Régis Vallée qui joue très bien à jouer très mal ! N’oublions pas Christine Bonnard que je n’avais vue jusqu’à présent que dans du théâtre musical, ainsi que Valérie Vogt irrésistible en Sarah Bernhard. Enfin Stéphanie Caillol sait partager son émotion et nous émouvoir jusqu’aux larmes.

Guillaume Sentou, Kévin Garnichat et Stéphanie Caillol dans "Edmond" au théâtre du Palais-Royal
Guillaume Sentou, Kévin Garnichat et Stéphanie Caillol

Et moi, dans tout ça…

Des larmes, justement, ont roulé sur mes joues à plusieurs reprises au moment de la création de la scène du balcon ou encore durant la scène de la mort de Cyrano même parfois sans raison, peut-être comme on pleure devant la beauté d’un paysage ou d’une œuvre…

Pour finir, je pense que cette pièce a en plus de toutes ces qualités, une fonction éducative qu’elle remplit allègrement. En effet, je peux faire la supposition qu’en 2008, avec son duo Garnier et Sentou, Guillaume Sentou a donné envie à un public néophyte de se rendre dans des salles de théâtre. Aujourd’hui par l’intermédiaire d’Alexis Michalik, il met en en appétence un public n’ayant qu’une connaissance partielle de l’œuvre – de par le film de 1992 de Jean-Paul Rappenau avec Gérard Depardieu ou par l’inévitable « tirade des nez » – de la découvrir en intégralité.

La troupe d'Edmond au théâtre du Palais-Royal

En 1897, après deux ans de panne d’inspiration, Edmond Rostand écrit une œuvre qui deviendra sa plus grande pièce. Cent-vingt ans plus tard, je ne crois, ni ne souhaite qu’Edmond soit la plus grande pièce d’Alexis Michalik. Je veux encore découvrir son œuvre, pouvoir me lever de mon fauteuil aux saluts des représentations de ses pièces… Et pleurer.

Crédit photos : Alejandro Guerrero

Regardez la bande-annonce d’Edmond:


Edmond
d’Alexis Michalik

Jusqu’au 30 juin 2017

Au théâtre du Palais-Royal
38 rue de Montpensier
75001 Paris

Mise en scène : Alexis Michalik. Décors : Juliette Azzopardi

Avec : Anna Mihalcea, Christian Mulot, Christine Bonnard, Guillaume Sentou, Jean-Michel Martial, Kévin Garnichat, Nicolas Lumbreras, Pierre Benezit, Pierre Forest, Régis Vallee, Stéphanie Caillol, Valérie Vogt

About Benoit Tourné 30 Articles

Passionné par le théâtre et la chanson française, j’ai été formé au conservatoire d’art dramatique de Perpignan. En 2010, j’ai rejoint le site Musical Avenue (site consacré aux comédies musicales) dont j’ai été rédacteur en chef pendant 3 ans. Je lance aujourd’hui “Vive Les Artistes” pour communiquer mon amour du spectacle vivant francophone. N’hésitez pas à me contacter. benoit [point]tourne[arobase]vivelesartistes[point]com

1 Trackback / Pingback

  1. Les lauréats des #Molieres2017 | Déboraconte

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*